En tête à tête avec Myriam Verreault

crédit photo Maude Chauvin

En passe de constituer un jalon marquant dans la cinématographie québécoise et canadienne avec Kuessipan, Myriam Verreault prendra quelques jours pour parler cinéma, le sien et celui des autres, au festival du film de Rivière-du-Loup. La réalisatrice du sensible et indispensable Kuessipan fera les honneurs de cette 8e édition.

Présenté partout au Canada, avec un accueil exceptionnel chaque fois, Kuessipan s’est vu distinguer par le prix de la compétition long métrage au Festival de cinéma de la ville de Québec en septembre dernier et continue de récolter les honneurs depuis. Projeté dans le monde entier, il connaît un succès critique et populaire qui ne se dément pas, marquant tant les cœurs que les esprits.

Pendant quatre jours, Myriam Verreault nous entraînera dans ses coups de cœur, des images qu’elle porte, celles des autres qui se reflètent en elle et ce qui la fait vibrer. 

« Je garde un beau souvenir de mon passage en 2015. J’adore le concept du festival et je me rappelle que le public était très chaleureux », confie la réalisatrice.

Une réalisatrice engagée

Alors que rien ne l’y prédestinait, Myriam Verreault s’oriente vers des études cinématographiques, marquée par Zelig de Woody Allen. Après son passage à l’Université Laval en cinéma et histoire, elle s’engage dans le mouvement Kino et cofonde deux festivals, toujours en activité: le Festival du film étudiant de Québec, et le festival des films pour l’environnement de Portneuf. Tour à tour scénariste, réalisatrice, productrice, monteuse, parfois tout cela à la fois, elle coréalise avec Henry Bernadet son premier long métrage, À l’ouest de Pluton, en 2008. Le film se démarque et se remarque dans le monde entier. La frontière entre documentaire et fiction est trouble, tant le film se construit au fur et à mesure de ce que lui proposent ses acteurs, en majorité non professionnels. 

Sept ans de réflexion

Suivent des projets pour la télévision et l’Office national du film (ONF). Comme monteuse, on la retrouve dans le fameux Québékoisie. À cette époque, elle cherche à réaliser un film qui met en scène des Innus, communauté dont la culture l’attire et l’intrigue. Une rencontre décisive avec l’écrivaine Naomi Fontaine, des contacts prudents et enthousiastes, et c’est le début d’un long travail d’écriture, sans cesse construit et déconstruit, pour adapter dans l’esprit, sinon la lettre, le roman Kuessipan. Il faudra sept années de persévérance, entre recherches de financement, portes fermées et portes qui s’ouvrent, pour que Myriam puisse achever le film.

Résultat d’un processus ambitieux et humain, le dernier opus de la cinéaste témoigne d’une volonté d’engager dans la fabrique du film même ses sujets. C’est donc un cinéma généreux, où se conjuguent les voix, celle de Myriam et celles de ses acteurs, que le festival Vues dans la tête de… accueillera.

En prévente pour Noël

Myriam Verreault ira à la rencontre des cinéphiles de Rivière-du-Loup dans un cadre intime et chaleureux. Elle y présentera son premier film À l’ouest de Pluton, ainsi que ses coups de cœur. Axée sur des histoires au fort goût d’authenticité et non dénuées d’humour, avec une fascination pour la jeunesse comme sujet de cinéma, la programmation complète de cette carte blanche sera dévoilée en janvier.

Les passeports pour le festival sont d’ores et déjà disponibles sur la billetterie en ligne. Pour cette prévente, les passeports sont offerts au coût de 30 $, au lieu des 35 $ à prix courant. 

ACHETEZ VOTRE MACARON ICI!

En plus des projections du volet carte blanche, consacré à notre tête, le macaron donne droit à toutes les activités, dont des ateliers de formation, des discussions ainsi qu’un concours de créations locales. Pour la deuxième année, le volet off « La tête à l’envers » offrira des projections décalées et d’autres activités alternatives. 

Enfin, cette 8e édition proposera davantage d’activités pour les professionnels du milieu, mais aussi ouvertes aux détenteurs du précieux macaron. 

En attendant le dévoilement complet de la programmation, les cinéphiles sont invités à visiter le site web du festival à www.vuesrdl.com et à suivre l’événement sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram).

Les activités de l’organisme Vues dans la tête de Rivière-du-Loup sont rendues possibles grâce au soutien financier de la Ville de Rivière-du-Loup, de la MRC de Rivière-du-Loup, de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), de la Fabrique culturelle de Télé-Québec, de l’École des métiers du cinéma et de la vidéo (ÉMCV) du Cégep de Rivière-du-Loup et du Cinéma Princesse.

 

Share: Pinterest