LES ENJEUX DE LA TRANSMISSION DES CULTURES AUTOCHTONES

Une table ronde exceptionnelle

Traditionnellement, le festival se termine par un long métrage documentaire. 

Notre « tête », Jeanne Leblanc, a souhaité programmer Je m’appelle humain et inviter sa réalisatrice, Kim O’Bomsawin.

En discutant ensemble, l’idée de transformer l’habituelle discussion avec le public après la séance vers une table ronde ronde qui ouvrirait un dialogue sur les enjeux évoqués par le film, avec des membres du la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, (dont Rivière-du-Loup se trouve sur le territoire ancestral), a fait son chemin.

C’est ainsi que Kim O’Bomsawin dialoguera avec Edith Bélanger et Dave Jenniss (également animateur de la discussion) àpropos des enjeux de la transmission des cultures autochtones.

L’organisation a souhaité ouvrir la diffusion de cette table ronde à tous gratuitement. L’évenement est accessible par ici.

C’est donc avec joie que nous invitons le public à assister à la table ronde puis à poser ses questions à Kim O’Bomsawin, EdithBélanger et Dave Jenniss le 7 février prochain à 16h. 

Kim O’Bomsawin est cinéaste-documentariste. D’origine abénakise, elle a travaillé à de nombreuses productions pour différentsdiffuseurs. Faire découvrir l’univers des Premiers Peuples est ce qui motive sa démarche. Depuis 2018, elle travaille égalementcomme productrice au contenu et réalisatrice au développement du projet transmédias Laissez-nous raconter, dont l’objectif estde proposer une vision décolonisée de l’Histoire des 11 Premiers Peuples au Québec. Son dernier documentaire Je m’appellehumain est un bijou de portrait sensible et poétique de Josephine Bacon en même temps qu’il soulève des enjeux detransmission culturelle des cultures autochtones.

Edith Bélanger est membre de la Première Nation Wolastoqiyik (Malécite) Wahsipekuk de Cacouna, Québec. Elle demeure présentement dans les Laurentides et travaille en tant que consultante au sein de l’équipe des revendications et négociationspour sa communauté en plus de piloter différents projets culturels tels que le développement d’outils de réappropriation de lalangue Wolastoqey, qu’elle-même est en de se réapproprier. Autrice de livre portant sur l’histoire et la culture de sacommunauté, elle est également chroniqueuse pour Radio-Canada où elle signe une chronique hebdomadaire sur la plateformeEspaces Autochtones.

Dave Jenniss est né d’un père autochtone de la nation Wolastoqiyik Wahsipekuk et d’une mère Québécoise. Il est directeurartistique des Productions Ondinnok de Montréal depuis 2017. Metteur en scène, auteur, scénariste et comédien depuis 2008,Jenniss se distingue comme auteur de théâtre. Jenniss est reconnu pour son écriture d’une touchante vérité et proche de sonidentité Wolastoqiyik. Il travaille présentement à l’écriture de son premier long métrage, Mekatek et de son premier roman,intitulé L’homme-coureur.

Share: Pinterest